forum test


 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 stories of friendship, hateship and loveship - tc gang

Aller en bas 
AuteurMessage
Ollie Myers
MEGAMODEST i never boast... or just a little.
avatar

Messages : 983
Date d'inscription : 14/08/2010
Age : 27

MessageSujet: stories of friendship, hateship and loveship - tc gang   Dim 11 Fév - 2:59

Lena Maclean a écrit:
@"Aileen Sinclair" @"Alaric MacIver" @"Elya Balfour"
@"Jamie Sinclair" @"Jonas Balfour" @"Lena Maclean" @"Pia Savage"

--------------

Growing apart doesn't change the fact that for a long time
we grew side by side. our roots will always be tangled
.”
--------------
.IN LOVING MEMORY OF WHEN I GAVE A SHIT.

Contrairement à d'autres, plus optimistes qu'elle, Lena ne se berçait pas d'illusion quant à cette soirée. Aucun fil n'était assez résistant pour recoudre leur amitié en lambeaux. Même si elle entretenait toujours d'excellentes relations avec une partie d'entre eux, ses amis d'enfance étaient à présent pour la plupart d'illustres inconnus. Ceux qu'on regardent avec admiration et nostalgie, et qui puent une insouciance que l'âge adulte a dévoré depuis bien longtemps. Elle ignorait encore ce qui pouvait bien motiver Jamie à exiger pareil rassemblement, et ce qu'ils foutaient là, tous ensemble, prêt à feindre jusqu'à ce que mort s'en suive. Lena n'était pas douée pour la prétention. Trop vraie, trop authentique pour les faux semblants, et les mensonges qui allaient avec. Aussi à l'aise qu'un poisson dans l'herbe, elle posa un regard lourd de sens sur l'organisateur de toutes les soirées. ― Tu cherches vraiment les complications dans la vie, souffla-t-elle, d'ores et déjà résignée à passer une soirée lamentable. Elle comptait de toute façon jouer sur le terme 'soirée' que Jamie n'avait pas précisé. Le soir était tombé sur Fortingall, et le but de jeu étant de boire un verre, elle ferait en sorte de se soustraire à ses obligations une fois sa pinte terminée, et se glisserait furtivement par la petite porte pour rentrer chez elle. Pourtant, si quiconque prévoyait de passer une excellente soirée, Lena se tenait prête à être époustouflée et à concéder à qui voulait l'entendre qu'elle s'était effectivement trompée. Mais elle s'autorisait une large marge de doute sur la question. Tous les ingrédients étaient réunis pour créer une bonne dispute, ou à défaut, une une entendre médiocre, passive, qui serait épicée aux piques brûlants par les plus caractériels d'entre eux. Pas elle, en somme. Pour autant, elle n'endosserait pas le rôle de la rabat-joie ce soir. Pas en apparence du moins, et c'est dans cette optique qu'elle décida de s'armer de son sourire le plus éclatant, et de pousser la porte du Sceptic's Companion, ou une partie de la troupe s'était déjà installée. ― Salut tout le monde. Nailed it. Simple, cool, efficace. S'il était aisé de lire son malaise dans son regard et ses gestes hésitants, elle comptait sur sa prestance solaire, et son aisance toute naturelle avec les relations sociales pour rattraper le coup. Parce qu'ils ne se faisaient plus la bise depuis longtemps, et parce qu'elle laissait le choix à qui voulait la prendre dans ses bras de se lever pour le faire, Lena se contenta de d'agiter la main façon miss univers pour illustrer un peu plus son entrée en matière. Pour un peu, elle était ironiquement plus à l'aise avec Jamie qu'avec les autres, et manqua de tellement peu de se planquer derrière lui que c'en était risible même pour elle. Heureusement, Elya était là, Jonas aussi, ce qui était une excuse suffisante pour se délester de sa veste, ses appréhensions, et Jamie. Son sourire s'intensifia pour ce duo qu'elle chérissait plus que tout, et avec qui elle n'avait pas trinqué depuis des siècles. Eux, mais aussi Alaric, Aileen, et même Odessa qui, elle l'espéra, saurait au minimum s'armer de ses meilleures manières. Lena était prête pour une trêve, à défaut d'espérer la paix, mais l'effort devait aussi venir dans l'autre sens. ― Vous êtes trop beaux tous les deux, c'est inadmissible, plaisanta-t-elle, coulant un regard énamouré sur les Balfour, et prête à se commander un verre, mais pas que. ― Allez, je paye ma tournée au groupe, décréta-t-elle, en faisant signe à un serveur de s'occuper d'eux. Au moins une bonne chose de faite, et une excuse de plus pour s'en aller avant tout le monde.

Anonymous a écrit:
Aileen, elle a répondu présente à l'invitation de Lena. Faut dire que ce n'est pas comme si elle avait eu le choix. Jamie a bien insisté sur le fait qu'il avait gagné son pari et que c'est le minimum qu'ils puissent faire, tous autant qu'ils sont. La gamine, elle n'avait pas tellement envie de faire l'effort, elle savait que cette soirée pouvait déraper d'un instant à l'autre et elle n'avait aucune envie de prendre le pari de qui que ce soit. D'ailleurs, elle ne le fera jamais, pas même ce soir. Soupirant, elle décida de rentrer chez elle pour se préparer. Elle opta pour un jeans taille haute et un top crop noir pour habiller le tout, elle prit la peine d'enfiler des talons. Ses cheveux au naturel retombaient en cascade sur sa veste qui colorait la tenue. C'était parfait pour ce soir, ni trop, ni pas assez. C'était confortable à porter et c'était le principal. La demoiselle prit donc la route en direction du sceptic's companion où ils avaient l'habitude de se retrouver. Pour une fois, elle ne sera pas la dernière dans les lieux. Salut tout le monde. Lena n'est pas encore arrivée ? Elle fait le tour, déposant des baisers sur les joues de ses amis, sourire aux lèvres pour cacher les apparences. Elle pose son sac sur le comptoir en balayant l'horizon du regard. Ah bah quand on parle du loup. La reine fait sa grande entrée. C'est bien, ça va surement calmer le jeu. En tout cas Aileen, elle est de bonne humeur et rien ni personne ne pourra lui gâcher sa soirée. Elya, j'adore ta robe ! Qu'elle lance comme pour faire la conversation bien qu'elle soit réellement validée. De toute façon Elya, elle est toujours au top alors, pas besoin d'en faire des tonnes. C'est ce que Lena confirme quelques secondes plus tard et ce, avant de proposer sa tournée générale. Directement, Aileen se tourne vers le barman d'un air on ne peut plus ravie :  Une double vodka cerise s'te plaît. C'est le minimum pour une soirée comme celle-ci. Qu'elle rajoute plus doucement à l'intention du jeune homme qui ne peut s'empêcher de sourire alors qu'elle adopte un air innocent. C'est vrai que tous ensemble, ça promet une soirée plus que mouvementée, il va falloir qu'il s'accroche le pauvre.

Elya Balfour a écrit:
Si on avait demandé à Elya Balfour ce qui lui ferait le plus plaisir une fois revenue à Fortingall, à peine quelques mois plus tôt, elle aurait répondu sans la moindre hésitation et avec son sourire le plus sincère passer une soirée avec sa bande de toujours. A présent, en revanche, l'affirmation aurait été nettement moins spontanée, probablement plus hésitante. Même son optimisme légendaire ne suffisait pas à masquer son appréhension à l'idée d'être réunis l'espace d'une soirée, elle à qui tout le monde avait la fâcheuse tendance de se confier, l'obligeant à garder pour elle secret après secret, dont le poids commençait à peser un peu trop lourd sur ses épaules. Jamie et Lena. Jonas et Lena. Jonas et Aileen. Alaric et Odessa. Alaric et... elle. Il s'avérait que garder les secrets des autres était une affaire nettement plus simple que garder les siens, taire les nuits passées avec lui en espérant secrètement voir leur histoire déboucher sur autre chose que des appels tardifs probablement nourris par l'ennui du côté d'Alaric et l'assurance qu'Elya ne refuserait jamais (et dieu seul savait pourtant combien elle aurait voulu être capable de lui dire non). Pourtant, c'était armée d'un large sourire qu'elle était arrivée au Sceptic's Companion, où ils avaient leurs habitudes, en compagnie de son inséparable de toujours. Si elle-même était perplexe quant à l'issue de la soirée, ce n'était rien en comparaison avec la mine morose de son jumeau, de toute évidence encore moins emballé par la perspective. Elle le soupçonnait de redouter la présence de Lena, Aileen et Jamie dans la même pièce, et force était de reconnaître qu'elle ne pouvait pas le lui reprocher. Ce qu'elle pouvait lui reprocher, en revanche (et elle le faisait avec tout l'amour du monde pour lui), c'était de s'être lancé dans une relation étrange avec la sœur de Jamie – devenue la petite sœur de tous au fil du temps – et jouer avec le feu. Mais elle lui faisait grâce des jugements de valeur tant elle s'attendait à un retour de flamme violent le jour où il découvrirait qu'elle n'était pas exactement une sainte non plus. Elya Balfour, tombée en disgrâce pour une histoire de fesse, voilà qui ne manquerait pas d'animer les discussions des habitants de Fortingall, cette ville où aucun secret ne le restait bien longtemps. Pour l'heure, elle se contenta d'accueillir ses amis les uns après les autres, de les serrer dans ses bras, d'échanger des banalités sur ses dernières aventures aux Etats-Unis, sur lesquelles elle resta volontairement évasive. Elle attendait Lena, dont la ponctualité n'avait jamais été la qualité première, pour ne pas avoir à s'attarder sur la présence juste à côté d'elle d'Alaric. A présent qu'elle y pensait, ils ne s'étaient pas retrouvés ensemble hors d'une chambre depuis le début de leur histoire, si bien qu'elle n'avait aucune idée de la façon dont elle devait se comporter. Le fait qu'Odessa se trouve assise non loin ne l'aidait pas à se défaire de la gêne qu'elle éprouvait. Si elle avait du trouver un mot pour définir l'ambiance, elle se serait fendue d'un railleur 'awkward'. Le compliment d'Aileen lui arracha un sourire malicieux et elle résista à l'envie de se lever pour tourner sur elle-même (et le fait qu'elle ne le fasse pas en disait long sur son état d'esprit, elle qui en temps normal n'aurait jamais résisté à l'occasion). « Merci beaucoup, c'est un cadeau qu'on m'a fait. » Et par on, il s'agissait en réalité de son ex-mari, dont l'existence avait été maintenue secrète du reste de la bande par instinct de préservation. Mieux valait ne pas leur donner trop de cartouches à utiliser contre elle, celle d'Alaric étant largement suffisante pour l'instant. Lena fit une entrée remarquée et elle accueillit d'une oeillade complice sa meilleure amie. Elle haussa les épaules mais son large sourire suffit à trahir son contentement. « Et nous sommes infiniment reconnaissants à nos parents de nous avoir transmis les bons gênes » se moqua-t-elle en regardant Jonas. Elle reporta son attention sur Lena, et se leva presque aussitôt. « Je t'accompagne, tu pourras pas rapporter pour tout le monde » fit-elle. C'était un truc typiquement anglais, de commander et d'être servi au comptoir, mais pour une fois cela ne lui posa aucun problème – au moins profiterait-elle de cinq minutes de sursis en compagnie de Lena.

Jonas Balfour a écrit:

Lorsque ses amis s'étaient envolés vers de nouvelles aventures et qu'il était resté à Fortingall, Jonas aurait payé le prix fort pour revivre une soirée avec eux et ré-entendre leurs rires et leurs blagues idiotes. Attaché comme pas possible à sa bande de copains, il était probablement le plus nostalgique de la grande époque. Mais ça, c'était avant l'apocalypse qui avait détérioré en profondeur ces amitiés qu'il pensait inébranlables. Aujourd'hui, c'était tout l'inverse. Il aurait donné tout l'or du monde pour se terrer dans son petit appartement douillet et passer la soirée loin de toutes les futures agitations qui rythmeraient ces retrouvailles. Cette histoire de pari gagné dont il avait eu vent était d'un grotesque sans nom. Un prétexte pour créer de nouveaux problèmes, c'est tout ce que Jonas voyait en cette action ridicule. C'est tout grognon (ce qui ne lui arrivait presque jamais) qu'il avait suivit sa jumelle dans ce bar. Elya, toujours égale à elle-même et parfaite en toutes circonstances n'avait pas jugé bon de faire la causette. Elle l'avait laissé ruminer dans son coin et il lui en était reconnaissant. Néanmoins, il n'avait pu s'empêcher de dire tout haut ce qu'il espérait tout bas. « Peut-être qu'il va nous annoncer qu'il repart. » Ah le côté rêveur de Jonas. « Définitivement. » Et seul si ce n'est pas trop demander. Décidé à bien enfoncer le clou et à ne pas garder sa langue dans sa poche, ce soir. Qui plus est, Elya est au courant de la morosité qui l'habite à cause des histoires avec Lena, avec Aileen, avec Jamie … Soit la moitié de leur pseudo groupe d'amis.Certains détails sont peut-être flous pour sa sœur, néanmoins, elle est l'oreille attentive dont il a tant besoin. Le jeune homme soupire en découvrant qu'ils ne sont pas tous là. Lui qui souhaitait faire bonne figure une grosse demie-heure à tout casser et rentrer pépère à la maison, le voilà contraint de modifier ses plans. Alaric et Odessa, déjà présents, les saluent et Jonas propose à son acolyte une partie de billard en attendant le reste de la bande. Ce n'est pas qu'il aime beaucoup le fait de laisser Elya seule avec Odessa mais rester les bras ballants en priant pour que l'un d'eux prenne la parole et sorte de la gêne les autres, l'agace. Les garçons ont à peine le temps de débuter leur partie qu'Aileen pousse la porte du sceptic's companion. Puis Lena. Les sept compagnons d'autrefois sont tous réunis. Et aucun ne semble vouloir sauter au plafond pour fêter l’événement. Le billard abandonné, Jonas salue les deux filles en les gratifiant d'une accolade amicale. Il offre un vague sourire à Lena et remercie intérieurement sa jumelle de fournir la réponse adéquate. Il n'est pas assez à l'aise et n'a pas la tête à faire de l'esprit ce soir. Les deux filles s'éloignent pour passer la commande alors qu'il attrape un tabouret pour s'asseoir aux côtés d'Aileen. En évitant bien soigneusement de croiser le regard de celui dont il ne veut pas prononcer le nom. « Alors, tu t'es bien remise de tes exploits avec les enfants la semaine dernière ? » Il la taquine un peu car il sait très bien qu'elle n'a pas vécu une après-midi de tout repos avec sa classe. Jonas pensait sa question anodine mais c'était avant de se souvenir que personne n'était au courant des petits rendez-vous secrets qu'ils avaient ensemble régulièrement. Sans le vouloir, il venait peut-être de se jeter dans la gueule du loup et de donner une bonne excuse pour que la situation s'envenime rapidement.

Jamie Sinclair a écrit:
Jamie était à l’initiative de cette soirée, la première qui allait réunir toute leur bande depuis des années, depuis la fin du lycée à vrai dire, lorsqu’ils étaient partis étudier outre-Atlantique avec Lena. C’était une tentative des plus périlleuses, il en était entièrement conscient, tellement de choses pouvaient mal tourner ce soir, tellement de disputes pouvaient avoir lieu, tellement d’étincelles pouvaient causer un brasier. Mais malgré tous ces risques, il ne regrettait pas son choix – pas pour l’instant du moins – porté par un élan de nostalgie qui ne le quittait plus depuis quelques mois, depuis qu’elle était revenue à Fortingall. Il avait tenté tant bien que mal de faire sa vie sans elle, il s’en était plus ou moins sorti, il avait une bonne situation et si la relation qu’il entretenait avec Odessa était loin d’être saine, elle lui convenait, jusqu’à ce que Lena revienne tout chambouler. Jamie avait convenu dans l’après-midi avec Lena qu’il passerait la chercher pour l’emmener au sceptic’s companion, le bar où ils avaient leurs habitudes. Si leur relation n’était pas au beau fixe – loin de là – elle n’était plus aussi froide qu’elle avait pu l’être quelques semaines auparavant, Noël avait été pour eux l’occasion de se mettre d’accord sur une sorte de trêve. Arrivés devant le bar, où ils allaient probablement être les derniers, Lena lui reprocha à demi-mots l’initiative de cette soirée. « Si on veut. Je vois plutôt ça comme une tentative peut-être maladroite de me racheter pour certaines de mes erreurs. » répliqua-t-il, son habituel sourire figé sur les lèvres. Il le savait pertinemment qu’il y avait de fortes chances que toute cette histoire finisse par lui retomber sur la gueule, que Lena pourrait lui en vouloir davantage, qu’il finirait par se prendre la tête avec Jonas, que sa sœur lui reprocherait la situation, qu’Elya prendrait le partie de son frère pendant qu’Odessa piquerait une énième crise de jalousie, mais cette fois-ci, aux yeux de tous, tout cela sous le regard probablement amusé d’Alaric qui siroterait son pur malt en se délectant de la scène. Mais s’il y avait la moindre chance de fédérer à nouveau ce groupe, alors tout cela valait le coup, sans la moindre hésitation possible. Ils arrivèrent prêt de la table où siégeait déjà toute la bande et Jamie se contenta d’un salut silencieux à travers un simple hochement de tête accompagné d’un sourire. Il croisa furtivement le regard d’Odessa, veillant soigneusement à ce qu’elle ne fasse pas la moindre remarque sur le fait qu’il arrivait accompagné de Lena, puis s’assit juste à côté d’Alaric, la seule valeur sûre qu’il avait dans ce groupe, le seul qui serait à ses côtés quoiqu’il advienne, son frère d’une autre mère. Alors que Lena et Elya étaient partis au comptoir chercher une tournée, Jamie ne pût s’empêcher de lever un sourcil à la question de Jonas à Aileen. Ils s’étaient vus la semaine dernière et tant bien que mal, Jamie réussit à garder son calme suite à une grande inspiration. Il ne devait pas agir comme l’hystérique, pas ce soir, pas quand, au final, il n’était pas celui qui avait à se reprocher quoique ce soit dans cette situation. Car il ne le savait que trop bien, jamais Jonas n’oserait révéler quoique ce soit du soi-disant coup de poignard dans le dos de Jamie, car jamais il n’oserait lui dévoiler les sentiments qu’il éprouvait pour elle. Il ne l’avait pas fait en vingt-huit ans, ce n’était pas maintenant qu’il allait commencer. Alors que les deux filles revenaient du bar avec une belle quantité d’alcool entre les mains, Jamie s’adressa finalement à Alaric, toujours dans l’optique de ne pas sauter à la gorge de Jonas. « Et toi putain, ça fait des semaines que je n’t’ai pas vu ! Avec combien de filles différentes t’étais occupé pour qu’on ne te voit plus à aucune soirée ? Vas-y, raconte-nous tout ! » Pour Jamie, tout sujet de discussion était bon à prendre pour éviter de parler de l’éléphant dans la pièce : son conflit ouvert avec Jonas.

Lena Maclean a écrit:
― Ce que t'es drôle, qu'elle rétorque d'un ton caustique, ce sans afficher le moindre sourire. Il utilisait le terme 'maladroit', elle de son côté aurait plutôt misé sur celui, plus adéquate, de 'désespéré'. En temps normal, elle lui aurait demandé de préciser lesquelles de ses trop nombreuses erreurs il voulait réparer ce soir, mais jugea plus judicieux de se raviser compte tenu du fait qu'elle n'avait pas ce temps de sa vie à sacrifier bêtement, et qu'il faisait bien trop froid à l'extérieur pour y rester jusqu'au petit matin. Puisqu'ils n'étaient pas là pour mettre le feu au poudre, plutôt l'inverse, Lena se contenta d'ajouter à sa maxime un haussement d'épaules complètement désintéressé, et d'entrer dans le bar. Pas, ou peu de salutations. Une petite série d'accolades brèves, de regards furtifs, et de raclements de gorges. Rien que puisse la bousculer, mais de quoi rafraîchir l'ambiance déjà particulièrement glacée. Accompagnée d'Elya qui, heureusement pour eux donnait toujours dans la bonne humeur - même si simulée, Lena s'accouda au comptoir pendant qu'Aileen commandait son verre, en espérant que sa réflexion la plus profonde ce soir serait celle du choix de sa boisson. L'unique qu'elle comptait s'enfiler avant de se tirer. ― Tu vois, il y a deux façons possibles de survivre à cette soirée, ma très chère Elya. La première, c'est de s'en aller rapidement. La seconde, c'est de s'enivrer jusqu'à ce que mort s'en suive, souffla-t-elle, en quête de la divine inspiration. Elle aurait pu se cantonner à ses classiques : une pinte de bière, une Guinness pour changer, ou un Glenn les soirs de folie annoncée. Indécise, Lena se tourna vers le reste de la troupe en quête d'inspiration, et tomba sur Jonas qui ruminait devant sa canne de billard. ― Dire que je pensais être celle que cette soirée mettait le plus mal à l'aise. Jamais vu ton frère aussi tendu, commenta-t-elle, curieuse de savoir ce qui pouvait bien mettre de si mauvaise humeur le toujours gentil, toujours positif Jonas Balfour. Jamie, d'accord, mais le couplet commençait à devenir franchement redondant et Lena, gavée des explications approximatives et pas du tout satisfaisantes, ne voulait plus se mêler de cette histoire-là. Elle leva les yeux au ciel, consciente qu'elle était en train de perdre un ami de taille pour la soirée, et se tourna de nouveau vers Elya, de dos à Jamie et Alaric qui discutaient derrière elles. Second regard au plafond. Refusant de croire que seules les conversations incluants seins et alcools trouvaient grâce aux yeux des deux meilleurs amis, Lena se pencha vers le duo, et s'empressa d'y aller de son petit commentaire personnel. ― Ou bien, tu sais, ne raconte rien, siffla-t-elle à l'adresse d'Alaric, persuadée que cette conversation précise conduirait Jamie à faire étalage de ses prouesses à son tour, et pas convaincue du tout qu'elle trouverait en elle la force de pas lui en mettre une. Alaric encore, elle pouvait supporter le langage cru et les descriptions (trop) détaillées. Mais Jamie et elle partageaient bien trop d'histoire, et son petit côté pacifiste (mis à rude épreuve en la présence de son ex) aurait vite fait de prendre les reproches de Jonas en sympathie, et de la placer dans le camp de ce dernier si besoin était. ― Savoir quelle pauvre nana il a embobiné hier soir, et les soirs d'avant, c'est pas franchement ma priorité, marmonna-t-elle, cette fois à l'intention d'Elya. Elle voulait pas savoir. Sauf s'il s'agissait de quelqu'un qu'elles n'aimaient pas, ou simplement qu'elles connaissaient. Là, à la limite, y avait matière à construire une conversation annexe au truc. Elle se commanda finalement une pinte, simple et efficace, de même pour Jonas, et emporta Elya dans son sillage. Verre tendu vers son propriétaire, elle força Jonas à trinquer avec sa sœur, sa meilleure amie et sa... pote (?), et décida de miser sur son sens de l'humour plus ou moins aiguisé afin de détendre un peu tout le monde.― Tu fais la gueule si j'embrasse ta sœur à minuit ? plaisanta-t-elle, ses deux bras enroulées autour des épaules du plus bronzé des écossais, regard complice vers Elya. La bonne année, tout ça.

Anonymous a écrit:
La soirée ne faisait que débuter et pourtant, on pouvait sentir la tension régnait dans la pièce. Tout le monde gardait le sourire et semblait faire comme si de rien. Tout le monde se voilait la face pour passer une bonne soirée, comme au bon vieux temps. Seulement Aileen, elle ne se sentait pas comme d'habitude. L'euphorie de la soirée était bien loin derrière elle, perdue dans les beaux jours précédents. Elle avait tout simplement besoin de quelques verres avant de pouvoir se détendre et faire la conversation à tout le monde, comme avant. Elle commence par complimenter Elya. Sachant pertinemment que c'était la seule personne sur qui elle pouvait réellement compter pour calmer le jeu si les choses finissaient par dégénérer. Et bien cette personne a très bon goût ! Elle lui adresse un petit sourire avant qu'elle ne s'éloigne avec Lena. Aileen, elle en profite pour boire sa triple vodka cul sec en faisant la conversation au barman, le seul élément neutre jusqu'à maintenant. Franchement, c'est ce qui lui fallait pour supporter tout le monde ce soir et surtout, pour se sentir à l'aise au milieu de de son groupe d'amis. Elle les adore tous, vraiment or, il est vrai que parfois, les voir se tirer dans les pattes à le don de l'énerver. Elle se retrouve toujours au milieu de tout le monde, incapable de choisir son camp. Pourtant, chacun d'entre eux sait qu'elle finira par se ranger du côté de son frère. Même Elya semble difficilement réussir à faire des efforts, elle qui garde toujours le sourire. Heureusement -ou pas d'ailleurs-, Jonas finit par s'installer à ses côtés pour lui demander des nouvelles depuis leur dernière sortie. Aileen ne sait pas vraiment comment prendre la chose. Est-ce qu'il a vraiment faire attention à ses dires et teste Jamie ou est-ce qu'il s'intéresse vraiment de savoir comme elle s'en est remise ? Peut-être qu'il s'en fout de savoir ce que les autres peuvent en penser. Pour le coup, elle hésite mais tente de ne pas trop le faire attendre. Elle hausse donc les épaules avant de sourire pour lui apporter une réponse. Franchement, c'était plutôt cool et j'ai super bien dormi le soir-même ! Par contre, je sais pas comment tu fais pour faire ce job à plein temps. Elle hoche la tête d'un air désabusé. C'est vrai son métier est crevant et supporter les cris et les rires des enfants à longueur de journées finit par casser des crânes. Une fois de temps en temps qu'elle se dit la gamine. Elle ne pourrait pas en faire plus. En tout cas, elle est plutôt ravie de savoir que Jamie n'eut rien à rétorquer face à leur conversation et ce, malgré le manque de discrétion de monsieur Balfour. A côté, la conversation se porte sur les potentiels exploits de Alaric avec les filles. Forcément, la petite brune ne peut s'empêcher d'esquiver un petit sourire. Lena ne semble pas vouloir en savoir plus par rapport au sujet. Aileen, elle voit plus l'occasion rêvé pour que l'attraction de la soirée devienne Alaric et qu'on lui foute la paix. Forcément, elle décide d'enchaîner : Moi je suis curieuse de savoir combien il a réussi à en attirer dans ses filets. A croire qu'il évitait tous leur tour.


_________________

    am i alone in your heart, have i hope with your heart ? she's such a teaser, she's such a star. give me a reason or gimme a chance. am i alone in your heart, or am i alone ? it tears me apart. am i alone ? doing all i can do, just to be close to you. every time that we meet, i skip a heartbeat. always up for a laugh, she's a pain in the arse. every time that we meet, i skip a heartbeat. heartbeat - scouting for girls ;; aurore
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://swaggerback.forumactif.com
Ollie Myers
MEGAMODEST i never boast... or just a little.
avatar

Messages : 983
Date d'inscription : 14/08/2010
Age : 27

MessageSujet: Re: stories of friendship, hateship and loveship - tc gang   Dim 11 Fév - 3:00

Jonas Balfour a écrit:

« Oh tu sais, je suis épuisé à chaque fin de journée mais j'aime tellement mon métier que ce ne sont que des aléas sans grande importance. » Néanmoins, il comprend qu'Aileen en soit ressortie lessivée avec une grande envie de dormir. Jonas attrape sa pinte de bière et sourit gentiment aux filles avant de trinquer avec elles. Puis il boit une longue gorgée en pensant que cela finira par le détendre totalement. D'une oreille distraite, il écoute plus ou moins la conversation qui tourne autour des conquêtes d'Alaric. Sujet qui le laisse indifférent car il ne se sent pas du tout concerné. Pour une fois qu'il n'est pas au centre des piques de Jamie, il peut respirer convenablement. Ce qui le rend tout de suite beaucoup moins tendu. Les bras de Lena s'enroulent autour de ses épaules et c'est tout naturellement que le jeune homme entoure sa fine taille. Ses mains reposent avec nonchalance dans le creux de ses reins. En soit, rien de bien extraordinaire. Deux amis qui s'amusent. Néanmoins au vu des convives, sûr que ces gestes seront décryptés et commentés. A la question de sa meilleure amie, Jonas hausse un sourcil. « La gueule, non. » Vrai. Quitte à choisir, il préfère largement que sa jumelle embrasse Lena ou n'importe quelle autre fille du gang plutôt que l'un des garçons. Sinon Jonas risquerait de voir rouge. Ou une crise cardiaque qui lui serait fatale. Voire les deux simultanément. « Mais si Elya n'est pas dispo, je peux être ton cobaye et tu m'embrasses à minuit. » Les mots traversent la barrière que forme sa bouche et lui-même n'en croit pas ses oreilles. Certes, il ne vient pas de le crier sur les toits mais tous leurs amis sont dans un périmètre assez proche. Ce qui signifie qu'il y a de grandes chances pour qu'ils aient tous entendus la « proposition » de Jonas. Ce qui le met dans un sacré merdier parce qu'il y en a un qui va probablement se jeter sur lui dans trente secondes. Et son secret va éclater au grand jour. Il perdra Lena et Elya devra jouer les infirmières si jamais une bagarre explose et qu'on lui refait le portrait. Il aurait peut-être dû s'en tenir à un verre d'eau et sa partie de billard. Une risette penaude éclaire son visage comme s'il venait de faire une blague et qu'elle était tombée à l'eau. Oui, il vaut mieux pour tout le monde que sa phrase passe pour une idiotie qu'il sort afin d'amuser la galerie. Il embrasse Lena sur le front (à défaut de profiter de ses lèvres) et se dégage de son étreinte pour attraper la main de sa jumelle. « Viens on danse. » Il l'entraîne à sa suite sans lui demander son avis. L'avantage dans ce bar est qu'il y a toujours de la bonne musique et de la place pour danser. « Je propose que l'on fasse illusion encore dix minutes et après on se casse. Ça part trop en vrille. » Surtout lui pour le coup. Il était à deux doigts d'embrasser Lena devant tout le monde sans se soucier des répercussions. Devant Jamie. Mais surtout devant Aileen. Rien que pour cela, Jonas s'en veut énormément car elle mérite d'être traitée avec beaucoup plus de respect. « J'ai merdé hein ? » Il la questionne, le regard déboussolé. Par besoin de lui fournir plus d'explications, Elya sera pertinemment où il veut en venir. L'avantage d'avoir une jumelle. La communication est telle que les mots sont parfois superflus. Avec un regard, tout est dit.

Elya Balfour a écrit:
Elya aurait été bien incapable de dire qui parmi eux était le plus mal à l'aise pour ces retrouvailles loin d'être au sommet. Heureusement, quelqu'un avait eu la bonne idée d'inventer quelque chose de particulièrement utile pour ce genre de situation : de l'alcool. Et en quantité, qui plus est. Elle suivit Lena, s'efforçant de ne pas s'attarder sur Alaric et Odessa tous les deux à la table, en plus de son frère, Jamie et Aileen. Elle ne pouvait s'empêcher d'être assaillie de doutes à les voir ensemble, son esprit s'embourbant dans des réflexions indignes de sa personnalité d'ordinaire détendue. Elya répondit d'un haussement d'épaules à Lena. « Ou bien on pourrait combiner les deux, partir rapidement et s'acheter une bouteille de whisky, et la descendre chez moi devant un bon film » suggéra-t-elle, le regard plein d'espoir. Impossible, cependant. Elle était censée être la bonne copine de tout le monde, celle que rien n'agace jamais, d'une humeur toujours égale et capable de rehausser le moral d'un dépressif, et vu le moral général des troupes, mieux valait qu'elle reste fidèle à ce qu'elle savait faire plutôt que partager le même état d'esprit et attendre que la soirée tourne au cauchemar. Elya jeta un coup d'oeil à son frère, les lèvres retroussées en un sourire malicieux destiné à sa meilleure amie. « A mon avis, le seul fait que tu sois présente devrait l'aider à se réjouir un peu plus. » Comme toujours, se garda-t-elle d'ajouter. Et comme toujours, Elya conservait les secrets qu'on lui révélait – ou qu'elle découvrait, au choix – tout en songeant que beaucoup devaient être aveugles. Par respect pour son jumeau, elle s'était toujours gardée de faire part à Lena de ses sentiments à son égard, stupéfaite du manque de lucidité de son amie d'ordinaire plus clairvoyante sur les intentions des gens auprès d'elle. Encore que. Elle était bien sortie avec Jamie alors même que tous les voyants au rouge auraient du lui faire passer le message qu'ils étaient mieux amis qu'amants. Elle adorait Jamie autant qu'on pouvait adorer quelqu'un comme lui, mais elle savait mieux que quiconque que lui et Alaric étaient des coureurs de jupons assumés, incapables de grandir un peu pour se poser. Le type d'homme à l'égard desquels il valait mieux ne nourrir que des sentiments platoniques. Elya opta pour son habituelle pinte de Guinness avant de rejoindre leur table, verres en main, gorgée dans la bouche, pile au moment où Jamie se décidait à poser la question fatidique à Alaric. Surprise – ou plus exactement non préparée à sa propre réaction – elle s'étouffa en avalant sa bière, toussant pour retrouver son souffle dans un manque de subtilité indigne d'elle. Lena ne fit qu'ajouter sans le savoir au malaise. La veille, c'était elle qui se trouvait avec lui, un booty call auquel elle aurait aimé pouvoir dire non sans en être capable. Tout le monde alla de son petit commentaire sur la réputation légendaire de MacIver, laissant une Elya bien trop silencieuse pour que cela passe inaperçu. Elle feignit un rire amusé en réponse à Lena, et tenta d'ajouter aux moqueries générales. « Tout le monde sait bien que 99% de la population féminine de Fortingall est passée dans son lit, inutile de les compter » fit-elle. Avec un peu de chance, le reste de la bande trouverait son commentaire parfaitement adapté et ignorerait les traits fermés qui avaient accompagné sa réponse. Heureusement pour tout le monde, Lena eut la brillante idée de changer de sujet, et son éclat de rire était tout ce qu'il y avait de plus sincère cette fois. « Alright, Don Juan, on se calme, Lena n'a d'yeux que pour moi » déclara-t-elle à l'adresse de son frère, partageant un regard complice avec Lena. Le manque de subtilité était de toute évidence un trait familial ce soir-là, les Balfour se relayant dans un tragique concours de sous-entendus. Lorsque Jonas l'attrapa pour l'amener danser, elle s'arrêter pour murmurer à Lena un « il faudra que je te parle » des plus sérieux. Elle suivit son frère sur la piste de danse improvisée, acquiesçant de bon cœur à sa proposition. « Pour que même moi je considère sérieusement l'idée, c'est qu'on est vraiment mal barrés » confirma-t-elle, le regard posé sur leur bande toujours en discussion. La question de son jumeau lui arracha un sourire maladroit. Oui, il avait merdé, bien sûr qu'il avait merdé, mais cela ne datait pas de ce soir. Il avait laissé Lena partir et tomber entre les bras de Jamie, il entretenait une relation avec la sœur de celui-ci, refusait de parler à Lena de ses sentiments et s'embourbait dans des commentaires douteux en présence des deux. Elle songea pourtant que des deux, il n'était sans doute pas le pire. « Boh, tu sais, je suis personne pour juger » répondit-elle, le regard ailleurs. Après tout, c'était elle qui se trouvait dans la situation la plus précaire au sein du groupe. « Je suis pas franchement blanche comme neige, moi non plus » souffla-t-elle dans un regard entendu à son frère. Quitte à ce que la soirée tourne au massacre, elle pouvait bien partager avec Lena et Jonas ses propres histoires et prier pour leur soutien inconditionnel.

Jamie Sinclair a écrit:
« Enfin tu le reconnais ! » lâcha Jamie à Lena en rigolant. Même si sa remarque est purement ironique, il décide de ne pas en prendre en compte et de retenir uniquement l’information qui l’intéresse. C’est avec ce sourire affiché sur les lèvres que Jamie rentre dans le bar en compagnie de Lena. Les minutes passent et l’ambiance semble des plus tendue. Il avait peut-être fait une erreur après tout, comme tout le monde semblait lui indiqué depuis qu’il avait émis l’idée de cette soirée. L’insouciance et la complicité des gamins qu’ils étaient il y a de cela presque dix ans maintenant avait disparu, ils avaient tous grandit, pris de différents chemins et surtout, construit des jardins bien trop secrets. C’était la principale chose qui pourrissait l’ambiance, chacun semblait avoir son petit secret honteux à protéger, et c’est plein de bonne volonté que Jamie lança le sujet des conquêtes d’Alaric. Il voulait simplement trouver une discussion sans prise de tête, une qui ferait sourire tout le monde, une qui détendrait cette atmosphère à la limite du respirable, une qui permettrait à chacun de ne pas être sur ses gardes, à la protection d’un secret débile. Mais tout le monde ne semblait pas de cet avis, Lena fit rapidement part de sa désapprobation. Jamie tourna légèrement la tête pour qu’elle ne puisse le voir et leva les yeux au ciel. Putain que cette soirée allait être longue si chacun mettait son véto sur un sujet de conversation. Ils n’avaient plus qu’à boire en silence, jusqu’à ce que l’un d’entre eux soit trop bourré pour tenir sa langue et que le malaise laisse place à de belles disputes quasi inévitables. « Ça va, je veux juste savoir ce qu’a fait mon pote ces dernières semaines. On n’est pas tous obligés d’avoir des secrets. » lâcha-t-il finalement, posant lourdement son regard sur Jonas, celui qui cachait le plus son jeu entre tous, celui qui se jouait de deux personnes à la fois, prétendant par la même occasion être un ange qu’il n’était certainement pas. Mais ce qui allait suivre, Jamie ne l’avait certainement pas prévu. Partagé entre la surprise et la colère, il resta sans voix l’espace d’une seconde, persuadé d’avoir mal entendu ce que venait de dire Jonas. Il venait de proposer à Lena de l’embrasser à minuit. Sur le ton de la plaisanterie, bien entendu, mais Jamie savait pertinemment que c’était exactement le fond de sa pensée. Pour la première fois de sa vie Jonas Balfour allait peut-être faire preuve de courage et livrer ses sentiments à la fille qu’il aimait secrètement. Mais il avait choisi la mauvaise fille, celle que Jamie était incapable de voir avec quiconque autre que lui. La colère avait pris le dessus, les poings sous la table, serrés, il était à deux doigts de se lever et d’envoyer valser Jonas par-dessus le billard. Gardant une once de lucidité, il savait qu’il se mettrait tout le monde à dos avec un tel geste – excepté peut-être Alaric – et choisit d’utiliser les mots plutôt que les poings. « Wow. Subtil Jonas. » lâcha-t-il dans un premier temps en rigolant, pourtant pas amusé le moins du monde par une telle situation. « Ça fait partie des tes résolutions pour 2018 ? » s’enquit-il, un léger ton ironique se faisant percevoir dans sa voix. « Au bout de vingt-huit ans, bravo, il est jamais trop tard pour se lâcher. » enchaîna-t-il. Il n’avait pas été spécifique, il pouvait très bien parler d’autre chose que du crush d’adolescent que Jonas avait pour Lena. Mais le sous-entendu était suffisamment prononcé pour amener d’autres questions. Si Jonas voulait jouer, Jamie était plus que disposer à le faire, d’eux deux, il était celui qui serait le plus mal à l’aise, sans aucun doute, c’était dans son tempérament. Jamie, lui, était trop sûr de lui pour avoir honte de quoi que ce soit. Surtout, Jonas n’avait rien sur Jamie, aucun secret, seule Pia pouvait le trahir à cet instant présent. Rapidement, son ennemi d’un soir était parti danser avec sa sœur, quelques mètres plus loin. Le silence s’installant de nouveau à la table devenant de nouveau gênant, Jamie s’adressa à Lena. « Je ne suis pas téméraire au point de t’inviter à danser… » lâcha-t-il, avant de toute de même reprendre. « … Mais sache que si t’as besoin d’un cavalier, je suis à ton service. » Il allait très probablement effacer un nouveau refus, mais il n’avait plus à rien à perdre à tenter. A part peut-être un peu de la dignité qui lui restait, bien planquée quelque part. Il se rapprocha cette fois-ci de sa sœur, déposant un baiser sur la tempe tout en levant de sa chaise, avant de lui chuchoter à l’oreille. « J’veux pas encore me répéter sur le sujet, mais sois prudente avec lui. » Vu son comportement de ce soir, il était évident aux yeux de Jamie que Jonas n’en avait rien à foutre d’Aileen, et il allait devoir être celui qui ramasserait les pots cassés une fois qu’il l’aurait fait souffrir. Désireux de casser cette morosité ambiante, Jamie s’écria sur le chemin du comptoir. « Bon allez, qui pour des shots ? »

Lena Maclean a écrit:
― Et c'est pour ça que c'est toi ma préférée, précisa-t-elle, des fois que ce ne soit pas déjà assez clair. Tout de suite plus emballée par une soirée en tête-à-tête avec sa plus vieillie amie, sa bonne conscience, son influence la meilleure, Lena trinqua à cette soirée inédite, à l'hypocrisie qui y régnait, et aux faux-semblants qu'elle n'aurait pas à supporter plus longtemps que les convenances ne l'exigeaient. Garder en tête la perspective de faire autre chose, ou simplement de rentrer chez elle une fois que sa pinte serait complètement vide de son contenu, permit à Lena de suivre la conversation avec plus ou moins d'intérêt, notamment lorsque le sujet les conquêtes des uns et des autres vint se placer en tête des sujets phares à traiter. Les réponses la firent globalement sourire, exception faite de celle de Jamie qui, comme toujours, jouait au revêche de service. Elle manqua de peu de lui signaler qu'elle ne s'adressait pas à lui, et que son opinion – dont elle se moquait plus que tout, il pouvait se le foutre au plus profond de son arrière-train et le ressortir par la bouche. Mais non. Toujours retenue par un élan de sagesse dont la source lui était toujours inconnue, Lena se contenta de lui souffler son agacement à la figure dans un long soupir. ― Quoi, t'as un secret à partager ? finit-elle par demander, calme, mais ferme. S'il en avait un, autant qu'il le dise maintenant qu'il entouré du cercle qu'il avait tant espéré voir au complet. Après un raclement de gorge provocateur, Lena s'en retourna au reste du monde, décrétant en son fort intérieur, ce pour la millième fois, que les déboires de Jamie n'avait finalement aucune espèce d'importance. ― Un verre pour le pourcentage restant qui n'a pas couché avec Alaric McIver sur la note dudit Alaric McIver, merci !   lança-t-elle au barman, Alaric levant son verre dans sa direction faute de pouvoir faire claquer dans l'air le plus cosmique des high five. Second verre. Fallait s'y attendre en même temps. La légende du 'un verre, et je rentre' ne s'était jamais appliqué à elle, ni à qui que ce soit d'écossais... ou d'humain. Elle manqua d'en renverser la moitié, empotée qu'elle était dans les bras de Jonas qui se trouvait un cran qu'aucun n'aurait pu lui soupçonner. ― Jonas Balfour, serais-tu en train de flirter ? Clairement, et à en juger par son sourire éclatant, elle adorait ça. Lena ne l'imaginait pas brancher dans les bras, ou où que ce soit d'ailleurs. Saint Jonas attirait l'oeil grâce à son naturel, et cette personnalité parfaitement lustrée qu'on ne pouvait que lui envier. Amusée plus qu'interpellée par l'échange, puisqu'il n'était à ses yeux question que d'amitié, Lena laissa filer Jonas avec sa sœur, non sans répondre à cette dernière :― À propos de ? Intriguée, elle l'était, mais pas plus que par Jamie qui commençait son cirque. Lena posa sur lui un regard en biais. ― C'est quoi ton problème ? demanda-t-elle, le ton sec. Peut-être même trop. Elle ne comprenait pas un mot de ce qu'il venait de dire, et s'il y avait là-dedans des sous-entendus – il y en avait toujours, elle n'était pas certaine d'avoir toutes les données pour pouvoir les déchiffrer. Sa proposition de danser la fit doucement ricaner, et lever les yeux au plafond. Las d'être larguée parmi toutes les allusions qui couraient par si par là et plombaient définitivement le peu d'ambiance qu'il pouvait y avoir, Lena décréta ce qui était probablement la meilleure décision de cette soirée : ― Je termine mon verre et je m'en vais. Trouve quelqu'un d'autre avec qui danser, lâcha-t-elle, hésitant même à vider sa pinte cul sec. Elle aurait voulu lui répondre un truc bourré de panache, qu'elle préférait embrasser Jonas mille fois, et toutes les personnes qui se trouvaient dans ce foutu bar, avant d'envisager de danser avec lui. Qu'elle danserait avec Ramsay Bolton avant de ne serait-ce que lui tendre sa main. Mais comme toujours, la sagesse. Et l'honnêteté, au moins un peu, parce que tout ça c'était pas vrai. Pour illustrer, elle se leva d'un bond, et tirer Elya des bras de Jonas. ― Tu voulais me dire quoi ? demanda-t-elle prestement, cherchant déjà son manteau du regard. Pitié, qu'elle lui dise qu'il était temps d'aller s'enterrer dans sa chambre avec deux verres et assez d'alcool pour tout oublier.

Jonas Balfour a écrit:

« Si c'était le cas, qu'en dirais-tu ? » Il la questionna avec ce petit air angélique qui fait fondre. On ne parlait même plus de courage mais carrément d'audace. Jonas comme on ne l'avait jamais vu. Il fallait dire aussi que la risette de Lena lui donnait des ailes et l'encourageait à donner le meilleur de lui-même. Tout aurait pu en rester là. Des paroles légères que l'on tournent en dérision qui se transforment en une farce entre amis. C'était sans compter sur Jamie et ses réflexions qui puaient la jalousie à trois mille kilomètres. Jonas le dévisagea tandis qu'il riait. Lui, préféra ne pas participer à cette hilarité feinte. Pas assez hypocrite. « Peut-être bien que oui. Tu seras le premier au courant si ma résolution devient une concrétisation. » Répond le jeune homme sans sourciller. C'était un peu trop tôt pour affirmer qu'il va mettre quoi que ce soit en œuvre mais, l'autre l'avait cherché. Sentant que l'atmosphère devenait de plus en plus désagréable, Jonas embarqua Elya pour un moment à deux. Quelques minutes où la bulle Balfour ne pouvait pas être assiégée par les mauvaises ondes environnantes. Mal barrés, ils l'étaient sans aucun doute. Lui plus que quiconque. S'il restait la moindre chance pour que Jamie et lui se reparlent comme avant et que leur amitié se reconstruise petit à petit, sûr qu'il avait tout foutu en l'air. Cependant, Jonas n'arrivait pas à s'en vouloir assez fortement pour être pris de remords. Le premier fautif était Jamie, pas lui. « Tu es ma jumelle. Ça te donne tous les droits pour un éventuel jugement. Mais ne sois pas trop dure. Je reste ton préféré dans la bande. » Répliqua-t-il avec une moue enfantine. Il sait pertinemment que toute critique, un tant soit peu constructive est bonne à prendre mais sur ce coup, il a besoin du soutien d'Elya. Il n'épilogue pas plus sur son propre cas car elle semble loin de lui, ce qui le met immédiatement sur ses gardes. Son front se barra d'un pli soucieux et son regard se fit plus inquiet. D'ordinaire, Elya était la plus positive des deux, celle qui voyait le verre à moitié plein. Sa phrase énigmatique le laissa sur sa faim et il attendit avec impatience une suite qui ne vint pas. « Qu'est-ce que tu essayes de me dire ? » Jonas parlait tout en douceur à sa jumelle. Durant un bref instant de pure panique, il a crut qu'elle allait lui apprendre qu'elle aussi craquait pour Jamie. Ce qui aurait été la goutte d'eau qui ferait déborder le vase. Il se ravisa bien vite. Ce n'était pas le genre d'Elya. Non, elle ne mélangeait pas. L'amitié ça restait l'amitié. Aucune chance pour qu'elle lui annonce une nouvelle aussi énorme à avaler. « Elya ... » murmura Jonas en pressant ses doigts dans les siens. Il lui offrit un sourire qui se voulait rassurant. Qu'elle le garde en tête, il sera toujours là pour elle. L'annonce de Jamie parvint à leurs oreilles et pour détendre sa sœur, il tenta une blague. Ou quelque chose qui s'en rapprocha. « Je nous commande combien de shots pour survivre à ta future déclaration ? » Avant qu'il ne puisse avoir une réponse, Elya se fit happer par Lena et Jonas quitta les filles ainsi que la piste de danse pour se rapprocher du bar. Pas convaincu que ce soit le meilleur moment pour parler avec Aileen, il fila directement au comptoir pour se commander une pinte. Hors de question qu'il se fasse payer un seul shot par Jamie. Jetant un coup d’œil préoccupé à Elya, il reporta bien vite son attention sur son ex meilleur ami qui passait commande. « Tu joues vraiment au con. » Première fois qu'il lui adressait la parole sans qu'il y ait le groupe au milieu et ce n'était pas pour lui offrir  un joli compliment. « Pendant un bref instant, l'ambiance est redevenue comme autrefois. Pas de silence inconfortable, pas de paroles médisantes mais tu as tout ruiné. » Fut un temps où Jamie lui aurait donné une  tape dans le dos, aurait levé son verre à la gloire du Balfour qui dragouille une fille. Que ce soit Lena ou pas n'aurait pas eu de grande importance parce que leur amitié n'était pas encore entachée de trahison. « Mais dans ce domaine, on sait tous les deux que tu es un pro. » Dit-il en buvant la moitié de sa pinte sans le regarder. Eh ouais mon pote, l'art de tout gâcher c'est toi qui le manie avec le plus de brio.

Anonymous a écrit:
Aileen, elle observe parce que parfois, c'est la meilleure chose qu'il y a à faire dans ce genre de soirée. Elle détaille chaque comportement, chaque parole qui lui vient aux oreilles. Elle s'occupe évidemment un peu plus de son frère. Jamie semble à l'aise pour le moment. Il se trouve aux côtés de Lena et Aileen espère un instant qu'ils passent au dessus de leurs fiertés respectives. Elle les trouve tellement mignons ensemble, à croire qu'ils sont destinés l'un à l'autre. La gamine, elle s'intéresse ensuite à Jonas. On va dire que c'est la personne qui arrive à lui redonner le sourire ces derniers temps. Ok parfois, ils ne sont pas toujours d'accord, surtout par rapport à sa relation avec Jamie mais Aileen, elle arrive à faire abstraction de leurs différences. Oui c'est vrai, elle doit bien le reconnaître, elle l'apprécie. Peut-être plus qu'elle ne le devait d'ailleurs. C'est sans doute pour cette raison que la remarque qu'il adresse à sa soeur et la jolie blonde ne la fait que sourire. Elle sourit pour ne pas rendre les choses encore plus bizarres. Elle ne rigole pas parce que ça serait clairement surjoué, personne n'y croirait. Lorsqu'elle comprend qu'il est sérieux alors, un petit pincement vient s'installer au milieu de son coeur. Ce dernier rate un battement et elle déglutit comme si tout ce qu'elle pouvait ressentir était capable de disparaître en même temps. Evidemment, cela n'est qu'illusion, la douleur est toujours présente. Pendant un instant, elle oublie tout ce qui l'entoure. Elle se déconnecte totalement du bar pour se perdre dans ses pensées. Elle ne sait pas tellement quoi dire et encore moins comment se comporter. Ça fait beaucoup plus mal que ce qu'elle n'aurait imaginé. Sans doute parce qu'elle ne pensait pas être autant attachée au jeune homme. Une chose est sûre, elle est blessée Aileen. Alors, elle ne s'occupe pas de ce que dit Jamie. A la place, ses yeux clairs se perdent dans son verre vide. Elle joue nerveusement avec ce dernier et ne s'aperçoit même pas de la disparition de Jonas et Elya. Elle s'en fout Aileen. Les propos qui fusent entre Jamie et Lena, elle ne les entend pas sinon, elle serait peut-être intervenue. Non la petite brune, elle est totalement ailleurs. Elle se reconnecte à la réalité lorsque les lèvres de Jamie rencontrent sa tempe. Alors, elle sourit faiblement comme pour le rassurer. Elle écoute ses propos en hochant la tête sans grande conviction. Je te le dis pas assez mais... t'es le meilleur des grands frères qui puissent exister sur terre. Elle ressent le besoin de le dire. Ce soir, là, tout de suite, maintenant alors qu'il semblerait que son seul allié potentiel soit Alaric. Elle pose sa main contre la sienne avant de se relever pour gagner les toilettes. Aileen, elle a juste besoin de deux petites minutes pour se poser et souffler. Elle s'enferme dans une cabine pour fumer une clope et ce, même si c'est formellement interdit. Elle s'en fiche la gamine, ils ont qu'à la virer s'ils le souhaitent de toute façon, elle n'aura strictement rien perdu.
Quelques minutes plus tard, elle décide qu'il est tend de rejoindre le groupe. Evidemment, elle n'y va pas grande sourire, pleine d'enthousiasme mais, elle tente tout de même de cacher tout ce mal-être derrière une apparence chaleureuse. Lèvres légèrement retroussées, elle s'installe à côté d'Alaric pour commander un nouveau verre. Si c'est toi qui paies, j'en suis ! Qu'elle crie par dessus son épaule à l'attention de son frère sans pour autant le rejoindre. Non en fait la soirée, elle préfère la passer seule mais, comme elle doit faire bonne figure et s'accommoder à ce groupe on ne peut plus étrange alors, elle préfère la compagnie d'Alaric à celle des autres.

Elya Balfour a écrit:
« You know it » répondit-elle à Lena d'une oeillade entendue avant de rejoindre le groupe. Les premières tensions se faisaient déjà sentir, sans grande surprise. Elya était même surprise qu'il ait fallu près de dix minutes pour que Jonas et Jamie se sautent à la gorge. « Ou, tu sais, on n'est peut-être pas tous obligés de révéler nos secrets ou chaque détail de notre vie...? » argua-t-elle à l'attention de Jamie, prise de court et désireuse de changer de sujet le plus rapidement possible avant que la situation ne devienne encore plus inconfortable. Elle se racla la gorge, ignorant le toast de Lena pour des raisons évidentes – à ses yeux du moins. Elya ne faisait plus partie du pourcentage restant, mais bien de celui dont elle avait passé des années à se moquer avec Lena, en se demandant à quel point il fallait être stupide pour tomber dans les filets d'Alaric MacIver. Elle resta en retrait lors d'un combat de coqs ayant pour centre d'attention Lena, éternelle victime d'une rivalité qui avait perdu de son charme avec les années. S'ils n'étaient pas les seuls responsables de l'ambiance déplorable de cette soirée, force était de constater qu'ils en étaient au moins les instigateurs. Si elle était fière de voir son jumeau flirter ostensiblement avec Lena – elle lui accorda un high five mental – il était à prévoir que Jamie le prenne de façon moins magnanime. Elle les observa se renvoyer la balle à coup de provocations un rien puériles, laissant Elya époustouflée par le manque de maturité général. « Jamie... » siffla-t-elle, un rien menaçante. Il ne lui appartenait pas de laisser comprendre à Lena que son meilleur ami était amoureux d'elle depuis des années, surtout pas lorsque la révélation serait inévitablement teintée de raillerie si elle venait de sa part à lui. Si Lena devait un jour l'apprendre, ce sera par la bouche de Jonas, et uniquement par la sienne. Son jumeau, qui l'entraîna sur une piste de danse improvisée sans doute dans une tentative de calmer tous les esprits. Songeant qu'ils n'en étaient qu'à leur premier verre, Elya dut reconnaître que la proposition de Lena, surmontée de la sienne, était des plus tentantes. « J'ai pas le choix, t'es mon jumeau, je suis née avec l'obligation d'être toujours de ton côté » se moqua-t-elle d'un clin d'oeil malicieux. « Jamie te provoquera toujours sur le sujet, mais je ne peux pas le lui reprocher : ça fait des années que tout le monde ou presque sait que tu aimes Lena, sauf la principale concernée. Il serait temps de prendre ton courage à deux mains, histoire d'être fixé et de passer à autre chose, ou pas. » Et par autre chose, il pouvait bien s'agir d'Aileen ou de n'importe quelle autre femme de cette ville, pourvu qu'elle soit digne de lui – ce qui réduisait d'emblée les possibilités. Elle baissa les yeux à la question de son frère, sa bouche grimaçante à l'idée de partager avec lui et Lena le seul secret qui la concernait directement au sein de leur bande. Elle n'avait aucune raison particulière de vouloir le leur dire aujourd'hui, plutôt que de le garder pour elle, aucune raison si ce n'était la gêne chaque fois qu'Alaric devenait le sujet de la conversation, lui et ses innombrables conquêtes. Elle comptait le leur dire, au moins pour avoir des alliés qui sauraient habilement dévier la conversation. Et aussi parce qu'aucun d'eux ne partageait une histoire particulière avec Alaric, et qu'elle ne doutait pas qu'ils ne la jugent pas, ne le lui reprochent pas, de la même manière qu'Elya ne s'était jamais permise de juger leurs choix même lorsqu'en son for intérieur, elle était persuadée qu'ils s'agissaient des mauvais. Elle n'avait pas besoin qu'ils le lui disent pour savoir que coucher avec Alaric était une erreur indigne d'elle, mais pouvoir s'épancher sur un sujet qui l'affectait directement et dont elle ne savait pas vraiment quoi penser était tout ce dont elle avait besoin. Elle n'eut pas le temps de répondre à sa question que Lena s'empara de son bras pour l'amener avec elle à l'écart. Elya entendit au loin les échos d'une nouvelle dispute entre Jamie et Jonas. Elle leur lança un regard désespéré mais elle aurait tout le temps de s'occuper de ça après. « Déjà tu dois me promettre que tu ne vas ni rire, ni te moquer, ni me juger. » Elle lui présenta son petit doigt pour un pinky swear – elle ne comptait plus le nombre de fois où elles avaient utilisé cette technique enfantine pour se faire des promesses (et les garder). « La nana qui était avec Alaric hier soir ? C'était moi. Et c'était pas la première fois. Et il couche avec Pia, mais elle ne sait pas pour lui et moi. Et j'assume pas du tout de me retrouver dans une histoire comme ça alors que j'ai passé vingt-huit ans à éviter ce genre de situation à tout prix. Personne ne doit le savoir à part toi et Jonas, si ça arrivait jusqu'à d'autres oreilles, plus personne ne me verrait de la même façon. Sans parler du fait qu'avec les deux là, on a suffisamment de drama dans ce groupe pour le reste de notre vie. » Elle avait débité ça à toute vitesse, à voix basse pour que personne d'autre que Lena ne l'entende. Elle posa un regard gêné sur sa meilleure amie, à la fois soulagée et embarrassée d'un tel aveu. Alaric MacIver était parvenu à faire chuter Elya du piédestal de neutralité et d'exemplarité sur lequel elle avait été placée toute sa vie.

Pia Savage a écrit:
Une mauvaise idée. C'était forcément une mauvaise idée que de se retrouver tous ensemble. Comme si tout roulait, comme si aucun problème ne subsistait entre eux. Tout cela n'était que mensonge, et ils allaient devoir tous paraître très heureux de se retrouver. Pas que Pia ne savait pas faire semblant, mais elle aurait payé cher, vraiment très cher, pour pouvoir s'esquiver. Même être clouée au lit, malade comme un chien, elle aurait préféré, plutôt qu'être assise là à côté d'Alaric, attendant que ses acolytes d'une autre époque débarquent. Elle fait la tronche Pia, et ça depuis qu'elle sait, depuis que Jamie l'a prévenue qu'elle allait devoir s'armer de son sourire le plus hypocrite pour faire croire au reste du monde qu'elle est ravie d'être là. Elle lui en veut d'avoir eu une envie pareille. Une chose de plus à ajouter à la longue liste de reproches. A croire qu'il ne réfléchit pas le garçon, ou alors une sorte de réflexion qui ne répond à aucune autre logique que la sienne. Tous arrive, chacun à leur tour, et le faux sourire s'affaisse à chaque ouverture de porte. Coup de grâce, Jamie et Lena qui entrent bras dessus bras dessous. Bon pas vraiment, mais pour Pia, c'est tout comme. Dans son esprit se jouent des scènes qu'elle a imaginées mille fois ces dernières années. Et ça la fait frémir. Elle croise les bras sur sa poitrine, laisse difficilement s'extirper un salut d'entre ses dents puis détourne son attention vers Alaric, seul véritable soutien dans cette soirée de l'horreur. Mais alors qu'elle croit pouvoir respirer deux minutes sans avoir à prendre part à aucune des conversations environnantes, Jamie se jette presque sur Alaric pour lui demander un récit de ses derniers exploits. Tout sauf ça, pitié. Pia échange une oeillade de menaces au principal concerné, qu'il se la ferme ou c'est elle qui se chargera de le faire. Il ne manquerait plus que Jamie apprenne ce pourquoi, ou plutôt pour qui, elle s'esquive de temps en temps, et les conséquences seraient terribles. Pour une fois, elle acquiesce aux dires des filles et persiste dans cette direction. « Vous parlerez de ça à votre prochaine soirée entre couilles, merci. » Elle est claire et concise, Pia. Ca sert à rien d'y aller par quatre chemins, il faut couper court à leur délire enfantin avant qu'une gaffe arrive. Et avec Alaric, on est à l'abri de rien. Apparemment avec Jonas non plus. Honnêteté maladroite ou désir de revanche sur Jamie ? Elle ne saurait pas dire, mais elle a envie d'applaudir face à cet aplomb. On ne l'attendait plus. Dommage que Lena ne semble pas vraiment se rendre compte de ce que le jeune homme vient de réaliser. Etonnamment, une esquisse de sourire vient allumer le visage de Pia. Il faut dire que tout le monde, si ce n'est la principale concernée, s'est évidemment aperçu au fil des années des liens plus qu'amicaux qu'entretenaient Jonas avec Lena. Et la réciproque n'était pas forcément vraie malheureusement (ce qui aurait clairement arrangé les affaires de Pia soit dit en passant). Et le voir ainsi s'exposer fait presque chaud au coeur. Les choses sérieuses commencent maintenant, et ça lui plaît bien que, pour une fois dans ce groupe, quelqu'un porte ses cojones. Et les réactions ne se font pas attendre. Elle fronce les sourcils, Pia, devant la réaction de Jamie. Qu'il se détende un peu le garçon, c'est censé être une soirée sympa entre potes. En tout cas, c'est comme ça qu'il l'avait lui-même vendue, et voilà qu'il casse l'ambiance. Mais ce n'est évidemment pas la seule raison qui fait s'affaisser le sourire de la demoiselle. Son coeur se serre devant cette réaction vive du garçon, comme s'il ne pouvait pas se contenir devant elle, faire attention à ses gestes, ses mots. Encore une fois, il n'y en a que pour Lena. Elle lève les yeux au ciel et ne s'en cache absolument pas. « C'est sûr que toi en vingt-huit ans, t'as saisi toutes les occasions de te lâcher, t'as de l'expérience dans le domaine. Ca m'étonne presque que ça te choque. » Ou pas d'ailleurs, qu'elle siffle, le regard noir. Dieu qu'il peut être con, insupportable même. On dirait un enfant qui protège son jouet préféré, c'est presque navrant. Et le pire c'est qu'il s'enfonce. Tout comme Pia sur son fauteuil. Prendre des pincettes, il ne connaît pas. Ne pas penser qu'à sa gueule non plus, il semblerait. Il fallait qu'elle s'entiche d'un gars comme ça, Pia. D'un gars qui n'a d'yeux que pour une autre. Elle ne veut pas faire d'esclandre, la demoiselle, mais c'est difficile de se contenir quand elle le voit s'armer de courage pour proposer à Lena de danser. Elle se tourne alors vers Alaric et lui mime avec un naturel déconcertant une personne qui se fait vomir, le faisant s'esclaffer sans aucune gêne. Elle peut compter sur lui, comme toujours. Elle lui chuchote alors à l'oreille que, lui aussi, il va falloir qu'il l'emmène danser et, au mieux, ailleurs que dans ce bar. Ils échangent un regard complice, et elle se détourne alors pour lever la main à la proposition de Jamie tout en hurlant « Ramène la bouteille, ça sera plus simple. » Pia, elle veut clairement se foutre la tête à l'envers. Oublier qu'elle est ici, et surtout avec qui.

_________________

    am i alone in your heart, have i hope with your heart ? she's such a teaser, she's such a star. give me a reason or gimme a chance. am i alone in your heart, or am i alone ? it tears me apart. am i alone ? doing all i can do, just to be close to you. every time that we meet, i skip a heartbeat. always up for a laugh, she's a pain in the arse. every time that we meet, i skip a heartbeat. heartbeat - scouting for girls ;; aurore
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://swaggerback.forumactif.com
 
stories of friendship, hateship and loveship - tc gang
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» De chefs de gang à chefs d'entreprise: pari tenu
» Arrestation du chef de gang William Baptiste alias "Ti
» California Stories
» CONFESSION DE BEAUVOIR JEAN EX-CHEF GANG DE MASTER B A MONTRÉAL-NORD
» Le gang des vieilles timbrées (The GVT)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
forum test :: CORBEILLE :: Sauvegardes Clément :: ATOM-
Sauter vers: