forum test


 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 paper heart (andrea)

Aller en bas 
AuteurMessage
Ollie Myers
MEGAMODEST i never boast... or just a little.
avatar

Messages : 983
Date d'inscription : 14/08/2010
Age : 27

MessageSujet: paper heart (andrea)   Dim 23 Nov - 14:11



andrea winchester

andrea jakub, n'apprécie pas vraiment les surnoms, a age et est né le dix-sept avril à londres. De nationalité anglaise mais d'origines italiennes et polonaises, il est hétérosexuel et est célibataire. Il étudie en année d'étude dans le domaine de la finance de marché et fréquente la confrérie iota.
sa couleur préférée : bleu indigo
sa chanson préférée : ella eyre - deeper
son film préféré : the football factory
sa série télévisée préférée : how to get away with a murder
son roman préféré : maupassant - bel ami
son plat préféré : n'importe quel plat à base de pâtes
son passe temps préféré : le football et les jeux vidéos
son couple préféré (célèbre ou non, fictif ou réel) : bruce wayne et selina kyle
sa figure célèbre préférée : frank lampard
sa plus grande qualité : son autodérision
son plus grand défaut : sa rancune
demande d'adhésion aux groupes

iota : à ma connaissance, il n'y a rien que je n'ai jamais autant aimé que le football. Quand j'étais petit, j'avais toujours un ballon avec moi, sans cesse. Ca énervait d'ailleurs pas mal mes parents parce qu'il m'est arrivé plusieurs fois de casser deux-trois trucs à la maison après un tir mal calculé. Le temps a passé mais la passion elle, est restée intacte. Que ce soit en tant que supporter ou joueur, j'ai toujours ça dans le sang, ça me prend aux tripes et me met dans des états seconds. Je n'imagine pas vivre ma vie sans sport, sans football. C'est pourquoi c'est la confrérie qui m'a semblé la plus adaptée à mon caractère, celle des iota, celle des sportifs. Une confrérie où je pourrai exercer ma passion quotidiennement, même si ici, aux Etats-Unis, en terme de football, vous avez une bonne décennie de retard.
alpha : J'ai choisi de venir étudier à Berkeley pour suivre un parcours spécialisé dans la finance de marché. En plus d'une bourse accordée, j'ai dû contracter un emprunt pour venir étudier ici. Autant dire que je n'ai pas le droit à l'erreur. Même si j'ai des facilités en cours, je ne peux pas me permettre de ne pas travailler. Je suis ici pour ça, pour obtenir ce diplôme qui devrait m'ouvrir bon nombres de portes à la fin de ma scolarité et pour ça, je vais devoir redoubler d'effort. C'est dans cet optique là que je pense pouvoir convenir à la confrérie Alpha. Qui plus est, vivre au sein d'une telle confrérie pourrait être un bon cadre pour moi, cela me motiverait sûrement davantage à travailler, à tout donner pour réussir.
omega : Je suis sportif, je suis également travailleur, mais cela ne m'empêche pas d'aimer la vie. La vie et tout ce qu'elle propose. A Londres, je faisais la fête, énormément, je faisais même trop la fête, mais j'aimais ça. Même si j'ai décidé de me calmer en venant ici, à San Francisco, je pense que j'ai des qualités qui feraient de moi un bon Omega. D'ailleurs, je suis prêt à relever pas mal de défis pour intégrer cette confrérie. Je suis sûr que je suis capable de tous vous battre à plate couture au lever de coude. Ma descente ferait des ravages au sein des Omega, j'en suis persuadé.
Description rapide

01. Andrea est un pur Londonien. Il est fier de sa ville et de son pays et s’expatrier aux Etats-Unis a été une décision difficile à prendre pour lui. Il s’éloigne de sa famille, ses amis, sa culture mais estime qu’il doit vivre cette expérience sur un autre sol que son cher et tendre Royaume-Uni. Il a d’ailleurs un accent anglais très prononcé et a été surpris par la vitesse à laquelle les américains le remarquent. 02. Il ne se prend quasiment jamais au sérieux et déconne 90% du temps, l'autodérision est une de ses principales qualités. A ses yeux, la vie ne vaut pas la peine d'être vécue si c'est pour tirer la gueule tout le temps. 03. Néanmoins, Andrea est extrêmement rancunier, il ne supporte absolument pas l'hypocrisie et la trahison. Bon courage pour vous faire pardonnez si jamais vous vous avisez de lui planter un couteau dans le dos, cela relève de l'impossible 04. Il a beau être sportif et prendre soin de lui, cela ne l'empêche pas d'être un fêtard invétéré qui vit un peu trop à travers ses excès. Il a conscience qu'il ne tiendra probablement pas longtemps cette cadence, mais c'est le moyen qu'il a trouvé pour échapper à son passé, pour se changer les idées et prendre un nouveau départ. 05. Il déteste - et encore, le mot est faible - la manière anglo-saxonne de séduire. Un premier rendez-vous en tête à tête dans un restaurant avec une fille qu'il connait à peine, à se regarder dans le blanc des yeux pendant une heure, ce n'est définitivement pas sa définition de ce qu'il attend d'une potentielle petite amie, il trouve cela tellement glauque. Le dating n'est pas pour lui, il préfère la spontanéité. Pour autant, il n'est pas fan des conquêtes d'un soir à la sortie des boîtes de nuit. Bien qu'il lui soit déjà arrivé de temps à autres de terminer la soirée avec une fille, il se respecte trop pour finir sous les draps de la première venue à chaque soirée. 06. Complètement impatient, il veut toujours tout, tout de suite. C'est un vrai gamin de ce côté là. 07. Indépendant, s'il a bien quelque chose qu'il ne supporte pas, c'est que l'on lui dicte sa conduite. Neuf fois sur dix, il fera l'inverse de ce qui lui est demandé par simple esprit de contradiction. 08. Il a été amoureux une fois, un amour avec un goût d’inachevé. Une relation qui s’est terminée du jour au lendemain sans vraiment qu’un des deux ne le souhaite réellement. Bien qu'il ne l'avouera jamais, il a été profondément marqué par cette histoire. Depuis, il n’est plus tombé amoureux, il a essayé, pourtant, mais cette passion qui l’animait à l’époque, il n’arrive plus à la retrouver, malheureusement. 09. Andrea est un véritable passionné de football. Le football, le vrai, celui que l’on appelle le soccer ici, pas ce sport baptisé football par les américains alors que l’on ne se sert pratiquement jamais de ses pieds. C’est un supporter mais également un joueur. Petit, il voulait faire de ce sport son métier avant de se rendre compte que cela était bien trop difficile et surtout aléatoire. 10. Grand fan de la saga Harry Potter qu’il, le second métier qu’il voulait exercer était celui de sorcier. Malheureusement, aujourd’hui encore, il attend toujours sa lettre de Poudlard qui met décidément bien longtemps à arriver.
ton pseudo, ton prénom, ton âge : so high, c., vingt-trois ans
ton choix d'avatar : diego barrueco
personnage inventé ou scénario ? : inventé
double, triple ou quadruple compte ? : non
des remarques à faire sur le forum ? : très beau design
première inscription ou vieille habitude ? : vieille habitude
et tu es arrivé comment par ici ? : déjà inscrit auparavant
Exemple de rp

à placer en spoiler s'il vous plait !
Spoiler:
 


_________________

    am i alone in your heart, have i hope with your heart ? she's such a teaser, she's such a star. give me a reason or gimme a chance. am i alone in your heart, or am i alone ? it tears me apart. am i alone ? doing all i can do, just to be close to you. every time that we meet, i skip a heartbeat. always up for a laugh, she's a pain in the arse. every time that we meet, i skip a heartbeat. heartbeat - scouting for girls ;; aurore


Dernière édition par Cesco Marcheselli le Lun 24 Nov - 11:48, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://swaggerback.forumactif.com
Ollie Myers
MEGAMODEST i never boast... or just a little.
avatar

Messages : 983
Date d'inscription : 14/08/2010
Age : 27

MessageSujet: Re: paper heart (andrea)   Dim 23 Nov - 14:11


partie histoire

Londoner, born and raised.
Le bruit de cette pluie battante qui venait s’écraser contre les vitres de cette chambre d’hôpital était totalement masqué par les cris du nouveau né. La mère avait souffert, elle avait poussé, elle avait crié, elle avait tout donné pour que la vie lui donne ce fils en retour. La pâleur et la froideur de ses murs d’une blancheur maladive n’y pouvait rien, aujourd’hui, la famille Winchester était la plus heureuse de toutes, cela pouvait se lire sur leurs visages. La jeune femme relâchait l’étreinte sur la main de son mari. Elle l’avait serré si fort pendant l’accouchement qu’il n’avait désormais plus aucune sensation avec, mais il s’en foutait. Il avait un fils, un petit garçon qu’il allait aimer de tout son cœur, de tout son être. La peur et la douleur de la mise au monde avaient fait place au soulagement et à l’enthousiasme. La vie allait lentement reprendre son cours, ou plutôt donner à cette famille un nouveau départ. Sur la longue et sinueuse route qu’était la vie, c’était un virage à cent quatre-vingt degrés qu’il allait falloir négocier. Une nouvelle arrivée dans le foyer et toutes les habitudes, tout le quotidien allaient se retrouver bouleversés. Mais c’était un défi qu’ils étaient prêts à relever, ils avaient toujours aimé les challenges et celui-ci était probablement le plus beau que la vie pouvait leur offrir. Vivant avec passion, avec amour, ils étaient persuadés que ce bébé était la seule chose qui leur manquait pour être pleinement heureux. Un souffle d’air chaud, quelques larmes, un baiser sur son front plissé. Il était là, bien vivant, blotti dans les bras de sa mère, ne demandant qu’une seule chose. Vivre. Vivre une vie que ses parents espéraient bien remplie, que ce soit d’aventures ou même de joie. Alors bien sûr, ça n’allait sûrement pas être facile tous les jours, cela faisait une bouche de plus à nourrir dans le foyer, mais les parents Winchester s’étaient jurer de faire tout ce qu’ils pouvaient pour rendre cet enfant heureux. Derrick, le père, avait son propre garage automobile et même s’il ne roulait pas sur l’or, il se débrouillait. Il était d’ailleurs encore plus heureux que cet enfant soit un garçon, cela lui ferait quelqu’un pour reprendre le garage quand il serait trop vieux pour s’en occuper. Maria, la mère, travaillait comme vendeuse dans un magasin de prêt-à-porter. Les revenus de la famille étaient modestes, ils en avaient bien conscience, mais pour eux, l’amour valait bien plus que toute forme de richesse, un enfant élevé dans l’amour ne pouvait qu’être heureux et c’est comme ça qu’ils comptaient élever leur fils, fils qu’ils avaient décidé de prénommer Andrea.

« Non, j’veux pas la tenir dans mes bras. » Sous le regard désemparé de ses parents, Andrea refusait catégoriquement de prendre cette nouvelle arrivante dans ses bras. Sa mère sortait tout juste de la maternité et venait de lui ramener une petite sœur. « Je t’avais dit d’aller chercher le bébé dans les choux, pas dans les roses. Je voulais un petit frère moi ! » Furieux, Andrea alla s’enfermer dans sa chambre. Du haut de ses quatre ans – quatre ans et trois quart si vous lui demandez son âge – il savait déjà bien ce qu’il voulait. Et ce qu’il voulait, c’était un petit frère avec qui il pourrait jouer. Pas une petite sœur, une morveuse dont il faudrait s’occuper parce qu’elle pleurerait tout le temps. Les filles, il trouvait ça nul. Elles n’aimaient pas le sport, c’est son père qui lui avait dit. Elles préféraient jouer à la dinette ou aux poupées, et Andrea, il n’aimait pas la dinette, encore moins les poupées (sauf les Action Men). Déçu de ne pas avoir de petit frère, il fît la tête pendant plusieurs semaines, avant de faire comme le reste de la famille et de tomber complètement sous le charme de la petite Erika. Ce n’était peut-être pas un garçon et il ne pouvait peut-être pas faire du sport avec lui – elle n’en avait de toute façon pas encore l’âge – mais c’était sa sœur après tout et il se devait de l’aimer et de la protéger.
Enfant, Andrea avait deux principaux hobbies, tout d’abord, comme beaucoup garçon de son âge et de sa génération, il adorait jouer aux jeux vidéos avec ses amis. Il pouvait passer des heures devant sa console de jeu sans se lasser. Ses parents n’aimaient pas trop qu’il reste si longtemps devant un écran et lui imposait donc quelques restrictions afin qu’il s’occupe autrement. Ils avaient peur qu’il finisse par s’abrutir à force de jouer à ces jeux, certains étant d’ailleurs assez violents. Mais Andrea, il détestait quand ses parents venaient l’interrompre en plein milieu d’une partie. A ses yeux, c’était complètement injuste de lui faire ça, de ne pas lui laisser le temps de finir, de l’arrêter comme ça. C’était la chose la plus frustrante au monde, selon ses propres dires. Mais ce qu'Andrea, aimait par-dessus tout, c’était le sport qui régissait tous les week end de Londres. Le football bien entendu. Partout à travers le monde, il n’y a pas une seule ville qui respire autant le football que Londres. Une dizaine de clubs de Premier League se situent à Londres et tous les week end, les habitants de la capitale anglaise peuvent assister à des derbys entre différents clubs de la ville. Au début, ce n’est pas tant le jeu que l’ambiance qui a séduit Andrea. La ferveur est si importante dans les stades, les supporters aiment leur équipe, ils l’aiment jusqu’à la mort, avec passion, ça leur prend aux tripes et ça ne s’arrête que lorsqu’ils finissent entre quatre planches. D’abord attiré par cette ambiance formidable, il a également fini par céder aux sirènes du jeu. Un simple sport, mais un sport qui l’a bercé de son enfance jusqu’à aujourd’hui, une activité dans laquelle il était prêt à se jeter corps et âme. Ce n’était pas qu’un simple sport pour s’amuser, non, c’était bien plus que ça, c’était ce qui rythmait ses journées, il raffolait du football, il parlait football, il mangeait football, il rêvait football. C’était un des deux métiers qu’il voulait faire étant enfant. Le deuxième étant complètement différent… Depuis son onzième anniversaire, Andrea attend une lettre, une lettre qui est censée bouleverser son futur, une lettre qui est censée décider de son avenir. Il l’a attendu de nombreuses années avant de finalement se résigner à l’évidence, elle n’arrivera pas. Cette lettre, c’est la lettre de Poudlard. Depuis qu’il a commencé à lire les livres et regarder les films, Andrea est un vrai passionné de l’univers d’Harry Potter. Il souhaitait de tout cœur avoir le même destin que ces apprentis sorciers et intégrer cette école de magie célèbre dans le monde entier. Souvent, alors qu’il devait prendre le train pour rendre visite à sa famille habitant en province, il allait jeter un coup d’œil entre les quais 9 et 10, sans succès, il ne trouva jamais le passage pour le Poudlard Express. Lorsqu’il comprit qu’il n’intégrerait jamais cette école, il s’enferma pendant deux jours dans sa chambre, blâmant ses parents d’avoir fait de lui un moldu.
Et puis les années ont passé et l’entente et la solidarité se sont accentuées au sein de la famille Winchester. Alors bien sûr qu’il y avait des désaccords, quelques petites remontrances pour les enfants, histoire de bien les éduquer, mais d’une manière générale, la famille était très heureuse. Même lorsqu’Andrea entra dans l’adolescence, il était heureux de partager des moments avec sa famille, d’organiser des pique-niques à Hyde Park ou de faire des soirées jeux de société avec eux. Pour lui c’était ce qu’il y avait de plus important, c’était sa famille et il voulait en profiter au maximum, même si certains de ses amis trouvaient ça ringard, il s’en foutait, il souhaitait juste passer du temps auprès de ceux qu’il aimait.

Et parmi ces gens qu’il aimait, il y avait cet inséparable groupe de potes avec qui il traînait tout le temps, avec qui il jouait au football et aux jeux vidéos. Ses frères de cœur comme il aimait les appeler – Dieu sait qu’il a honte de cette expression aujourd’hui – ils étaient des sortes de jumeaux, des jumeaux par la mentalité, sa seconde famille. Un groupe de sept potes, soudés comme personnes, un groupe dans lequel les filles n’étaient pas spécialement les bienvenues. Les filles, c’était des emmerdes assurées, des histoires toutes les deux semaines, des menaces pour leur amitié. Et ça, il n’en était pas question. Ils avaient cet espère de code tacite, duquel ils n’avaient pourtant jamais parlé, comme quoi ils ne se prendraient jamais la tête entre eux pour les filles, que jamais ils ne se disputeraient la même fille et qu’aucun d’eux ne sortiraient avec l’ex d’un membre du groupe. Tout cela était une question de respect, du bon sens pour contribuer à l’harmonie qui caractérisait leur bande. Et ça, PRENOM adorait. Il n’y avait jamais de problèmes entre eux, que des bons moments à se marrer, c’était ça, la vraie amitié. Mais outre ses potes qu’il n’aurait changés pour rien au monde, il y avait aussi cette fille. Une romance qui bouscula totalement son existence. A vrai dire, c’est même la seule fois où il a été amoureux de la sorte, où il a ressenti quelque chose d’aussi fort. Elle s’appelait Cassandre. Son père s’était vu confié une mission de deux ans à Londres et il avait emmené sa famille avec lui. Elle ne venait clairement pas du même monde qu’Andrea, ils évoluaient dans des sphères complètement différentes mais pourtant, quelque chose les a réunis. C’est d’ailleurs dans la discrétion la plus totale qu’ils se sont mis en couple à l’origine. Ils préféraient voir si cette relation allait fonctionner avant d’en parler à leur entourage et, inconsciemment, ils redoutaient peut-être tous les deux la manière dont leurs amis allaient réagir. Après quelques mois ensemble, ils officialisèrent finalement leur relation, décidés à dévoiler leur couple au grand jour. Leur relation était fusionnelle, passionnelle, voire même un peu trop. Ils ne faisaient pas partie du même monde, ils le savaient et les rumeurs ont commencé à se répandre et à arriver aux oreilles d’Andrea par l’intermédiaire de ses potes qui le chambraient. Tout le monde était persuadé que Cassandre n’était pas une fille pour Andrea, que c’était impossible que leur relation fonctionne, qu’elle se foutait de sa gueule, qu’elle était juste à la recherche d’adrénaline en sortant avec un mec de la classe moyenne, loin des garçons qu’elle avait l’habitude de côtoyer. Réfutant en bloc toutes ces rumeurs dans un premier temps, Andrea finit par douter de Cassandre. Cela débouchait sur des disputes. Cassandre se demandant pourquoi elle restait avec quelqu’un qui n’avait pas confiance en elle et Andrea doutant de la sincérité de Cassandre. Mais finalement, malgré toutes ces rumeurs, ils finissaient toujours pas se retrouver, par retrouver cette passion qui les animait, qui les dévorait. Mais comme pour toutes les histoires d’amour, il y a une fin, une fin qui a longtemps mis à mal le moral d’Andrea. La mission du père de Cassandre à Londres était terminée, cela signifiait que Cassandre devait repartir. Pas d’adieux larmoyants, pas de disputes, non rien, juste un gros paquet de regrets et un amour qu’Andrea était censé effacer, comme s’il n’avait jamais existé.

Puis le temps a passé et Andrea a fini par l’oublier, ou plutôt par moins penser à elle. Il lui arrivait toujours de se remémorer le passé de temps en temps, mais il n’était plus amer comme il l’avait été pendant un bon bout de temps. Non, les choses étaient comme ça, il regrettait bien entendu la manière dont ça s’était terminé, il regrettait d’avoir laissé partir celle qu’il avait aimé, son premier amour, mais il ne pouvait pas passer son temps à se morfondre. La vie ne l’attendait pas, et il avait dû se forcer à avancer. Ce n’était peut-être pas simple, mais il le fallait, il le fallait s’il voulait réussir dans la vie. Fini les rêves de gosses, fini l’envie de devenir un sorcier ou un footballeur, aujourd’hui, Andrea avait des objectifs bien plus atteignables. Il voulait étudier la finance de marché avec pour objectif de devenir trader. Il alla donc dans une petite université Londonienne, titulaire d’une bourse complète. Des années qu’il chérira probablement toute sa vie. Bien qu’il travaillait dur pour rester parmi les premiers de sa promo et donc avoir un chance de trouver un bon job à la sortie, il trouva tout de même le temps d’avoir une vie sociale bien remplie. Il rencontra de nouveaux amis, des amis qu’il savait durable, pas des amis par défaut avec qui on traînait pour faire passer le temps et il participa à énormément de soirées étudiantes. C’était ça aussi l’université, travailler, mais profiter des plaisirs que nous offre la vie, en profiter pleinement une dernière fois avant d’entrée dans la vie active, cette vie où vous devez toujours être au top six jours sur sept. Mais Andrea n’était pas dupe. Il savait pertinemment que son université n’était pas suffisamment prestigieuse pour lui garantir une bonne place dans un gros établissement à sa sortie. Ces places là étaient réservées aux étudiants qui sortaient des universités les plus prestigieuses au monde. Il entama donc des démarches afin de rejoindre le gratin des universités. Si son dossier fût rejeté à Harvard et à Oxford, il fût cependant accepté avec une belle bourse à Berkeley, université basée à San Francisco. Arrivé en septembre dernier, il en découvre un peu plus chaque jour sur la vie californienne et toutes ses particularités. Londres a beau lui manquer, il se sent bien dans la baie, le climat y est bien plus agréable qu’en Angleterre et les modes de vie bien plus tranquilles. Bien qu’il soit ici pour travailler, il le sait bien, ici, il pourra pleinement profiter de la vie. Il y a fort à parier que l’hédoniste qu’il est s’épanouira avec succès ici.


_________________

    am i alone in your heart, have i hope with your heart ? she's such a teaser, she's such a star. give me a reason or gimme a chance. am i alone in your heart, or am i alone ? it tears me apart. am i alone ? doing all i can do, just to be close to you. every time that we meet, i skip a heartbeat. always up for a laugh, she's a pain in the arse. every time that we meet, i skip a heartbeat. heartbeat - scouting for girls ;; aurore
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://swaggerback.forumactif.com
 
paper heart (andrea)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Grimoire Heart n'a pas besoin d'un cookie à la myrthille ( PV Nookie Minasa )
» The way of the heart.
» Waterslide Clear Decal Paper
» Total eclipse of the heart ϟ Pete (terminé)
» SOMETIMES I FEEL MY HEART WILL OVERFLOW ✗ le 30/03 vers 01h58

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
forum test :: CORBEILLE :: Création my ET-
Sauter vers: